Bailleul

Remonter Bailleul Louvois Les Corday Les du Merle

       cliquez sur le logo pour revenir à la page d'accueil  de l'association

 

Balliol college
La fin au Renouard
Bibliographie

Historique de la famille de Bailleul (Balliol, Baliol, Beloiel, Balleul, Balul, …)

Ses Origines :

Plusieurs sources permettent de constater la complémentarité des informations concernant l’historique de la famille de Bailleul et définissant son origine normande. Elles contredisent la thèse picarde soutenue par René de Bellevade dans son livre édité en 1866 « Jean de Bailleul, Roi d’Ecosse et sire de Bailleul en Vimeu » sachant que les Archives de la Somme précise, en 2005, ne pas possèder de documents attestant la présence de motte féodale ou de famille Bailleul à Bailleul en Vimeu. Une seule information recueillie sur le web exprime cette origine pour « Hugh ou Rainald de Baillol né en 1040 époux d’Aimera Montgomery (http://childsfamily.com/reunion/WC_IDX00LHTM¤Balliol).

Comme l’illustre le tableau ci-dessous, les nombreuses autres informations ne permettent pas de résoudre l’enigme parfaitement.


On constate qu’au début du XI° siècle nous avons deux Bailleul dont un Guy de Baliol né en 1022 serait le père de Rainald de Balul de Knightley (1040 – 1086) époux d’Ameira de Montgommery alors que dans les livres  « The Cartulary of Shrewsbury Abbey » écrit par des moines de l’Abbaye de Sées, il est clairement defini comme le « deuxième fils de Roger de Montgommery », certains, même, évoquent la possibilité d’une descendance de Pierre, seigneur de Fécamp.

Première question à résoudre : Rainald, Renauld, Renard, Renaud ou Reginald de Bailleul figurant 5 fois sur notre tableau est-il un seul et même homme ?

Ancestry.com indique en première lecture, un Rainald de Baleul de Knightley né dans le Staffordshire et mort en 1060 à Northumberland et un Renauld de Bailleul de Knightley né dans l’Orne et mort en 1086 dans le Stafforshire. Renaud de Bailleul figure sur la liste des compagnons de Guillaume établis en Angleterre après 1066 dressée par Léopold Delisle. Il figure aussi sur la liste des hommes accompagnant Guillaume en 1066 avec un autre de Bailleul (prénom non précisé) alors que seule la dénomination « Le Sire de Bailleul » paraît sur la liste des Conquérants de la Chapelle Saint Prix. Rainald (Reginald ou Renard) de Bailleul est aussi mentionné dans le livre de Domesday de 1086

Il est indispensable de se souvenir que le fief de Bailleul dépendait des Montgommery et que la forteresse de la famille de Bailleul était bien au Renouard.

A ce stade, il est possible de proposer une hypothèse selon laquelle trois Bailleul accompagnèrent Guillaume en 1066 en Angleterre :

-         Pierre, seigneur de Fécamp qui fournit un bateau et 20 hommes dont le nom figure sur la liste de la « Battel Abbey »,

-         Rainald (Renaud ou Renard) qui devint sherif du Shropshire et épousa Ameira la niece de Roger II de Montgommery.

-         Guy ou Guido de Bailleul qui a tenu les fiefs de Bailleul, de Dampierre, de Harcourt et de Vinoy en Normandie et est donné comme fondateur de la famille en Angleterre et en Ecosse.

Deuxième question à résoudre : Qui sont les parents de Guy, seigneur de Bailleul né en 1070 à Bailleul ?

On constate qu’à chaque génération, ontrouve un Guy de Bailleul … et on sait que l’habitude de donner à un fils le prénom de son père était coutumière.

Sources :

 

-

 

 

 

 

 

 

 

 

      ESSAI DE DALLET paru dans le Bulletin de la Société Historique et Archéologique de L’orne (1892)

-    LAROUSSE DU XX° SIECLE évoque la famille anglaise à partir de 1066 où Guy s’installa comme Comte de Durham.

-   Communication de 1982 de M. Boittin à la Société Historique de Vimoutiers évoque la présence de deux Bailleul à Hastings : Guy et Rainault … dont on ne connaît pas le lien de parenté. (Le Mémorial des Compagnons du Conquérant de Saint Prix Chapell site le Sire de Bailleul).

-    Communication de 1988 de M. Boittin à la Société Historique de Vimoutiers permet de faire le lien entre la motte féodale de Bailleul et la forteresse du Renouard.

-   Origines de la Commanderie de Villedieu les Bailleul souligne l’importance de la famille entre 1000 et 1200  

BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE ET ARCHÉOLOGIQUE DE L’ORNE

ESSAI DE TOPOGRAPHIE, DE STATISTIQUE & D’HISTOIRE DE LA COMMUNE DU RENOUARD

A. DALLET (1892)

Les premiers seigneurs du Renouard (l) que nous connaissions sont les de Bailleul, qui étaient en possession de cette seigneurie dès la fin du XI° siècle.

Cette illustre famille, qui a fourni deux rois à l'Écosse, est très ancienne et si l'on en croit une tradition consignée par l'intendant Bernard de Marle, dans ses recherches de la noblesse de la généralité d'Alençon, elle descendrait de Gilles Bailleul, signalé dans un combat contre un breton en l'an 700 de notre ère (2).

N. de Bailleul accompagna Robert le Magnifique en Palestine en 1028 (3).

Pierre de Bailleul suivit Guillaume le Bâtard à la conquête de l'Angleterre en 1066 (4).

Renaud de Bailleul possédait la forteresse du Renouard en 1082 (5). Il se souleva vers 1119, contre Henri 1er, roi d'Angleterre.

En 1096, le sire de Bailleul figure parmi les seigneurs normands de la 1° croisade, avec Robert Courte-Heuse, duc de Normandie (6).

En 1147, Pierre de Bailleul fit partie de la 2° croisade (7).

En 1206, on trouve Gilles 1° de Bailleul et du Renouard. Gilles II du nom en 1280, dont la seconde fille fut mariée à Jean de Cambray, branche considérable. Foucault de Bailleul, qui vivait en 1289, fut la souche des autres branches de la maison de Bailleul (8).

Parmi les seigneurs qui accompagnèrent Saint Louis, roi de France, en 1270, dans son expédition contre Tunis, figurent Jean ou Josselin de Bailleul, Enguerrand de Bailleul, son frère, amiral de France, et Guillaume de Bailleul. Celui-ci était père de Jean qui est devenu roi d'Écosse en 1292, d'Enguerrand, amiral en 1285, et de Gilles, seigneur du Renouard (9).

Nous trouvons, 

1327, Richard de Bailleul, qui épousa Jeanne de Fresnay ; 

1348, Guillaume de Bailleul épouse Marguerite de Guiberville ; 

1366, Jean de Bailleul épouse Guillemette de Trousseauville ; 

1379, Henri de Bailleul épouse Catherine du Merle ; 

1400, Jean de Bailleul épouse Jeanne de Mathéfelon ; 

1454, Foulques 1° de Bailleul, 2° branche du Renouard et de Messey ; 

1493, Guillaume de Bailleul, seigneur de Coquainvilliers, de Maulny, de Pavilly, de Paperotte et du Sap ; 

1540, Foulques II de Bailleul épouse Marguerite de Carrouges (10).

Jean de Bailleul, seigneur du Renouard, fut, en 1563, un des défenseurs du château de Caen, qu'assiégeait l'amiral de Coligny avec des troupes considérables. Ce Jean de Bailleul acquit vers 1557 de Louise Gripel épouse de Robert Dubourg, seigneur de Rieux, la terre et la baronnie de Messey (11). Il avait épousé Jeanne d'Aché qui le rendit père de Françoise de Bailleul.

1.      Le Renouard était un arrière-fief du comté de Montgommery. On voit dans l'Annuaire de l'Orne pour l'année 1878, par un aveu que Nîcolas François comte de Montgommery, rendit au roi en l'année .... que le Renouard était mouvant du comté de Montgommery, sous le fief de Bailleul. II est dit dans cet aveu : «Les représentants de Gilles de Souvré, vivant chevalier, à cause de dame Françoise de Bailleul, son épouse, tiennent un fief entier, nommé le fief du Ménil Regnouard et s'estend en icelle paroisse et aux environs, à présent possédé par Monseigneur de Louvois.

2.      Voir Annuaire de l'Orne pour l'année 1865.

3.      Masseville : Histoire sommaire de Normandie.

4.      Gabriel du Moulin : Histoire générale de Normandie.

5.      Orderic Vital : Tablettes historiques et généalogiques du château du Renouard.

6.      Tablettes généalogiques du château du Renouard.

7.      Idem.

8.      Tablettes du château du Renouard.

9.      De Magny : Nobiliaire de Normandie.

10.  Tablettes historiques et généalogiques du château du Renouard, extraites des manuscrits de la bibliothèque nationale et de d'Hozier.

11.  Lefaverais : Histoire des communes du canton de Messey.

 

Histoire de France de François Guizot - Histoire de Normandie : Livre 5

Orderic Vital : Testament du Comte Roger de Montgommery.

 « Moi Roger, par la grâce de Dieu, comte de Shrewsbury, je désire honorer le couvent de saint père Evrooul, et lui concède à perpétuité, pour mon salut et pour celui des miens, les objets suiva.ns, que je détache de mes biens. J'ordonne de donner tous les ans, à l’entrée du carême, trente sous manceaux de mon revenu d’Alençon, pour l’illumination à faire de jour et de nuit, dans l’église d’Ouche devant le crucifix du Seigneur. J’accorde le péage d'Alençon et toutes les douanes qui existent sur toute ma terre, pour faire partie des biens en propre du monastère ; j'octroie à perpétuité dans toutes mes forêts le panage pour les porcs des moines ; je donne sur Echaufour une terre d'une charrue, et j'accorde irrévocablement la dîme du moulin et de tous les revenus de cette place ; j'y ajoute de mon propre gré la dîme des marchés de Planches. De ma propre volonté et pour l'amour de Dieu, je concède l'église de Raddon et toute la dîme que Gautier-Sor a donné à Saint-Evroul, l’église de Saint Jouin, et toute la dîme que le prêtre Renaud a donnée, et qu'Odon père a cédée ; dans l'église de Bailleul, l'autel de saint Léonard et une portion de la dîme de ce village, avec la terre que Renauld de Bailleul et sa femme Aimerie, ma nièce, ont donné au couvent. Je donne aussi en Angleterre deux manoirs, Onna et Merston danns le Staffordshire, la dîme de mes fromages et des laines de Pulton , et tout ce que je possède à Melleburn en Granteburgeshire, et une hyde de terre à Graphan en Sussex, et la terre de Vulfuin, orfèvre de Chichester. Je confirme en outre tout ce qui a été jusqu'à ce jour donné à Saint-Evroul, tant en Angleterre qu'en Normandie, par le vicomte Guérin, par Guillaume Pantol, par Hugues de Médavi et par quelques autres de mes hommes. J’accorde ces choses en face de Dieu, du consentement de mes fils Robert de Bellême, Hugues et Philippe, pour la redemption de mon âme, et de celle de Mabile et d'Adélaïde mes femmes, de mes prédécesseurs et de mes héritiers à venir. Je confirme ce testament du signe de la sainte croix, afin que quiconque diminuera, détruira ou enlèvera  quelque chose de ces donations devienne anathème. »

 

EXCURSION AU CHATEAU DU RENOUARD

Visite réalisée en par une délégation de l'Association normande pour visiter les restes du vieux château des Bailleul et les restaurations faites par son propriétaire M. Renouard.

Toutefois, cette visite fut prolongée par quelques observations.

« Nous sommes bien en présence des ruines de l'ancienne forteresse du Renouard [Menilum Raynouard), bâtie sur les ruines du Château-Renaud, brûlé ou rasé en 1119.

Renaud de Bailleul l'avait-il fait construire? aucun document ne le constate, mais ce qu'il y a de certain, c'est qu'elle portait son nom patronymique ou prénom et non pas ce que nous appellerions aujourd'hui le nom de famille ; on l'appelait Maison Renaud et non Maison Bailleul.

... Quant au chevalier armé en guerre et monté sur un palefroi, M. Renouard n'a qu'à choisir.

Sans remonter jusqu'au Bailleul qui combattit en 700 contre un chevalier breton, deux chevaliers du nom de Bailleul illustrèrent leur nom et méritèrent les honneurs d'un portrait équestre. R. (Renard?) de Bailleul est le quatre-vingt-dix-septième des cent dix-neuf gentils-hommes « qui desfendirent si bien !e Mont-Saint-Michel l'an mil quatre cent vingt-trois que les Anglois ne purent le prendre » et dont les noms « furent posés en un grand tableau , l'an mil quatre cent vingt-sept », lorsque les Anglois étaient devant Saint-Sauveur. »

D'un autre côté, nous lisons dans M. des Diguères que Jean de Bailleul, seigneur du Renouard, figurait parmi les défenseurs du château de Caen en 1563. Il avait commandé l'année précédente les Picards du duc de Bouillon, gouverneur de Caen, et n'avait pu empêcher l'avant-garde de Coligny d'entrer dans la ville, le 14 février 1563. Réfugié dans le château, il se rendit, le 2 mars, « par une assez maigre composition (1). »

A moins que les détails de l'armure et du costume ne s'y opposent formellement et ne constituent un anachronisme évident, le chevalier peint sur le mur doit être le défenseur du Mont-Saint-Michel.

Si on ne peut faire concorder le portrait avec celui d'un gentilhomme de la fin du XVe siècle, c'est l'ancêtre traditionnel de l'an 700.

Caen, Typ. F. Le Blanc-Hardel.

(1) de Bras, cité par M. Gaston Le Hardy, Hist. du Prot. en Basse-Normandie, p. 176.

 

SHV n°2 – Automne 1982

VIEUX CHATEAUX DU RENOUARD

Le vieux château du Renouard qui existe encore actuellement est le lieu le plus ancien de notre région. A son emplacement, existait avant le Xe siècle, un château-fort forteresse qui appartenait à la Famille des BAILLEUL, très importante famille de notre région et en 1066 l'un d'eux Rainault de BAILLEUL partit avec Guillaume à la conquête de l'Angleterre»

C'est le premier des BAILLEUL que l'on trouve dans l'Histoire et c'est grâce à son nom Rainault qui dans les archives du Moyen Age en latin s'est changé en Renaldin, puis Regnardin, ensuite Regnouard pour finalement arriver à Renouard qui est resté jusqu'à maintenant,

A cette bataille d'Hastings, il y avait deux BAILLEUL : Rainault de la Forteresse du Renouard et Guy de BAILLEUL. On ne sait le lien de paren­té qu'il y avait entre les deux, mais alors que Rainault revint en Normandie dans sa forteresse, Guy resta en Angleterre et reçu de Guillaume, en récompense de ses services d'importants biens dans le Comté du Durham, Ses descendants jouèrent un rôle important dans l'Histoire de l'Ecosse et l'Angleterre au XIIe, XIII et XIV° siècle,

Son fils Bernard fit construire dans le Durham la fameuse forteresse de Barnard Castle dont les ruines existent encore, son fils Jocelin de BAILLEUL fut avec Richard de Lucé, l'un des principaux conseillers du roi d'Angle­terre Henri II de Plantagenêt, son fils Jean 1° de BAÏLLEUL épousa Marguerite descendante des rois d'Ecosse et eut la gloire de fonder le premier collège d'Oxford, le BAILLEUL College. Ensuite, cette famille BAILLEUL devint célèbre, car le fils Jean II et le petit fils Edouard devinrent l'un et l'autre Roi d'Ecosse».     

Après la bataille d'Hastings, Rainault De BAILLEUL revint en Normandie à sa forteresse du Renouard. Mais en 1119, il y eut des faits importants pour cette forteresse. Guillaume Clyton, fils de Guillaume le roux au dépend d'Henri 1, roi d"Angleterre et Duc de Normandie qui était le dernier fils de Guillaume, voulut reconquérir la Normandie et reprendre une partie de l'Héritage de son père Guillaume le roux. Une partie des seigneurs Normands étaient en accord avec lui pour cette action et particulièrement Renault de BAILLEUL. D'autre part Clyton avait l'appui du Roi de France, Louis VI le Gros, Henri 1 roi d'Angleterre s'étant retranché dans la forteresse de Falaise somma Renaud de BAILLEUL de lui rendre sa forteresse du Renouard celui-ci ayant refusé, celle-ci fut assiégée, prise et totalement détruite, elle devait rester en ruine pendant trois siècles. Les puissants seigneurs de BAILLEUL avaient dans la région d'autres demeures à leur disposition

En 1280, se place la légende du Dragon. Ce Dragon, un serpent monstrueux qui vivait dans les marécages entourant les ruines de l'ancienne forteresse. En 1280, ce serpent avait dévoré la fille de Gille de BAILLEUL, celui-ci s'arma et descendit à cheval dans les marécages où il combattit le serpent. II réussit à le blesser mortellement mais son cheval blessé l'ayant fait tomber dans les pattes du dragon, ils moururent tous les deux. Cette action est reproduite dans les plaques de cheminée du vieux château sur l'emplacement et sur les ruines de cette forteresse, c'est un autre BAÏLLEUL, Foulque de BAILLEUL qui en 1448 construisit le château actuel. Cette date de 1448 est d'ailleurs gravée dans une des pierres d'une des cheminées, juste au-dessus de la couverture.

 

LAROUSSE DU XX°

 

-         Baliol (Guy de), qui, ayant accompagné Guillaume le Conquérant à la con­quête de l'Angleterre, reçut des ducs de Normandie, pour prix de ses services, de riches domaines dans le comté de Durham - * .

-         Baliol (Bernard de), fils du précédent, qui fit construire la fameuse forteresse Barnard Castle, dont les ruines existent encore ;

-         Baliol (John ou Jean de), qui épousa Marguerite, descendante des rois d'Ecossc, et eut la gloire de fonder le collège d'Oxford ;

-         Son fils, John, né en 1249, a acquis une plus triste célébrité. (A la mort d'Alexandre III, dernier représentantt de la race primitive des rois l'Ecosse, il fit valoir les droits qu'il tenait de sa lignée matcrnelle pour disputer le trône à Robert Bruce. Les états d`Ecosse ayant accepté l'arbitrage d'Edouard Ier, roi d'Angleterre, celui-ci désigna Baliol, sous condition de vassalité. Mais. par la suite, il abusa tellement de ses droits, que Baliol, las de n’être plus qu'un roi nominal, se révolta. Vaincu à Dunbar, il fut déposé en 1298, et emmené prisonnier à la Tour de Londres avec son fils Edouard. Deux ans plus tard, il obtint la permission de vivre en France : il se retira en Normandie, au Chàteau-Gaillard, prés des Andelys, où il mourut en 1314 ;

Son fils Edouard, né en 1290 put, en 1332, remonter sur le trône d'Ecosse, avec l'aide d’Edouard III. Mais, comme son père, il dut prêter foi et hommage au roi d'Angleterre, ce qui entraîna une nouvelle révolte des Eeos­sais contre leur prince. Ils furent battus par les troupes anglaises mais le lache souverain, chassé par ses sujets, dut se réfugier en Angleterre, à Carlisle, où, après avoir abdiqué en faveur d'Edouard III, il vécut désormais d'une pension de quelques milliers de livres, que celui-ci consentit à lui faire.